Encore une belle série de grandes voies

Au tour de Arnaud de réaliser avec Heidi et Thomas une série de 3 grandes voies durant ce mois d'aout

 

Max (TD- / 150m)

 

L'objectif du jour, le Grand Eulier par la voie "Max", au dessus des lacs Robert à Chamrousse. Voie équipée par Philippe Halo

6 longueurs pour 150m de grimpe ça donne : 5/5+, 5+/6a, 5+/6a, III, 5b, 5a.

Dimanche 8 Août, Arnaud et Heidi

Direction la Croix de Chamrousse par le télécabine, ça permet de gagner 1h30 de marche. Puis descente sur les lacs Robert afin de remonter de l'autre côté, au pied du Grand Eulier.
Le départ de la voie se situe à gauche d’une grande fissure qui remonte la face.

C’est parti pour L1, un bon pas retord pour commencer, à froid ça réveille, puis ça déroule dans une belle dalle compacte.
J’enchaine sur L2, une dalle raide, une traversée, un surplomb, tout y passe. Belle longueur homogène un peu physique.
L3 remonte une dalle raide parcourue par une fissure assez fine et peu évidente à remonter. Les longueurs s’enchainent bien, l’ensemble est assez homogène dans un style varié.
La suite se fera corde tendue sur l’arête, quelques spits permettent de s’assurer un minimum.
On rejoind L5 et L6 en quelques minutes de marche. Grande dalle en 5 qui permet d’arriver au sommet du Grand Eulier. On zappera ces 2 dernières longueurs pour un retour à Recoin par le GR.

 

D’un extrème à l’autre (D+ / 150m)

 

L'objectif du jour, la voie D'un extrème à l'autre au Rochers de Gonson, au dessus de Méaudre dans le Vercors.
Voie équipée par Olivier Dutel et 1ère ascension par Olivier Dutel, Claire Dutel, Vasken Koutoudjian, Maxime Brenckle le 15 juillet 2007
5 longueurs pour 150m de grimpe ça donne : 5a/b, 6a, 5a, 5b, 5b.

Jeudi 19 Août, Arnaud et Thomas

Départ au dessus de Méaudre en suivant la piste forestière des Narces, puis 15 minutes de marche pour atteindre le sommet de la voie. La descente se fait en 3 rappels par la voie voisine, "l'érudit des rudiste". Petite mésaventure dans le premier rappel, les 50m de corde seront juste suffisant pour atteindre un relais...

La première longueur sera pour Thomas, une belle dalle sur-protégée, ça met en confiance pour la suite.
L2 est le crux de la voie. Je remonte une belle dalle puis un long dièdre en 6a. Pas évident la transition dalle/dièdre, le style est bien différent.
La suite est en dalle avec des petits surplombs où les 5b ne sont pas vraiment donnés, il faut s'employer.
On débouche sur la crête d'où l'on est arrivé, avec une vue magnifique sur Rencurel.

C’est une voie assez courte, mais quelques passages magnifiques et très bien équipée, presque trop parfois (prévoir au moins 16 dégaines).
Sa voisine, "l'érudit des rudiste" TD-, est peut être plus intéressante. 7 longueurs qui naviguent sur 150m : 5c, 5b, 6b/A0, 5c, 5c, 5c, 4c. Mais il est facile d'enchaîner les 2 voies dans la journée.

 

Pilier de la double brèche (D+ / 200m)

 

Retour dans le Vercors pour une classique, le pilier de la double brèche. Cette voie, ouverte en 1961, remonte un beau pilier à l'extrémité droite du gerbier, coté est, en empruntant un système de dalles et de dièdres.
Elle a été reéquipée sur spits mais quelques pitons ont survécus. Malgré tout, l'équipement reste "montagne", et plusieurs passages, dont la dernière longueur, sont à équiper sur coinceurs/friends....

8 longueurs pour 200m de grimpe ça donne : 4b, 5b/c, 4b, 4c, 4a, 5c/6a, 5b, 4c.

Mercredi 25 Août, Arnaud et Thomas

Départ au dessus de Prélenfrey, puis une petite heure de marche pour atteindre le pied de la voie. La voie se repère facilement et le nom est marqué au pied. Malgré cela une cordée s’est fourvoyée et nous suivra tout au long de la voie.
Je pars en tête, le rocher est sain et l'équipement plus abondant que prévue. La 1ère longueur emprunte une dalle sans difficulté, puis vient buter sur un surplomb, premier relais.
La deuxième longueur est pour Thomas, elle contourne le surplomb par un pas de dalle bien protégé, puis franchis un surplomb en V, pas de problèmes, c'est toujours aussi bien équipé.
Les trois longueurs suivantes serpentent entre des dalles et des pas surplombants, sans dépasser le V mais les points se font bien plus rares. En voulant sauter un relais je me retrouve en bout de corde à un présumé relais, sur un vieux clou rouillé... Je cherche une fissure pour mettre un stopper afin d’assurer un peu plus sereinement mais c’est plus pour l’effet psychologique...!
Thomas repart dans la longueur “clé”, un dièdre mal commode en 5+/6a. C’est à l’ancienne et bien patiné, coincements, souplesse et un peu de bourrinage seront nécessaire pour sortir.
Chapeau aux anciens! En grosse, avec la corde autour de la taille, et certainement beaucoup moins de points que maintenant, il fallait un sacré culot! Et une bonne paire de bras!
L7 suit un dièdre que je remonte sur 45m avec 3 points et une lunule, ambiance.
La dernière longueur en III+, sans le moindre équipement sera complété par Thomas par un stopper et une sangle. La longueur est courte mais pas de relais à la sortie, un bout de corde et le tour est joué. Le matos emporté aura été bien utilisé finalement.

Une belle voie ambiance montagne, intelligemment tracée dans un cadre superbe des balcons Est du Vercors. On reviendra !

Texte et photos de Arnaud P

 

 



Max, la face



Max, Heidi dans L1



Max, L2 dalle en 6a



Max, L2 Sous le relais



Max, L4 traversée des arêtes



D’un extrème à l’autre, L1 belle dalle en 5b



D’un extrème à l’autre, L2 dièdre en 6a



D’un extrème à l’autre, sortie de L2



D’un extrème à l’autre, Summit



Pilier de la double brèche, trace



Pilier de la double brèche, Vue depuis R1



Pilier de la double brèche, L5 traversée en IV



Pilier de la double brèche, L6 dièdre jaune en 6a



Pilier de la double brèche, L7 dièdre en 5b à l'équipement light



Pilier de la double brèche, Summit